Article sur la Nouvelle République - 17 février 2018

Article sur la Nouvelle République - 17 février 2018

Article sur la Nouvelle République – 17 février 2018

Élu il y a huit mois alors qu’il était un parfait inconnu, le député LREM multiplie les initiatives pour ne pas se retrouver déconnecté du terrain.

Je ne veux pas m’enfermer dans un bureau à l’Assemblée nationale. Sinon, c’est le meilleur moyen d’être déconnecté et de se prendre les pieds dans le tapis. Définition de la « méthode Guillaume Chiche » par lui-même. Et pour illustrer le propos, le député La République en Marche de la 1re circonscription recevra jeudi prochain l’ensemble des acteurs du monde agricole deux-sévrien. Objectif : discuter de la future loi sur l’agriculture née des États généraux de l’alimentation. On se doute qu’il y sera évidemment question de la crise en cours Dans la même ligne, l’élu a pris l’initiative d’une réunion de travail le 30 mars avec les acteurs de la formation, en vue de la réforme qui se profile dans ce secteur. « Pour appréhender les difficultés et préparer un projet de loi, il faut être en prise directe avec les acteurs de terrain. »

Le lundi “ journée blanche ”

Presque une obsession chez le jeune député : éviter de passer pour un élu hors-sol, lui qui était un parfait inconnu avant sa victoire aux législatives de juin à l’âge de 31 ans sur un territoire hétéroclite, qui englobe à la fois le Niortais, un morceau de Gâtine et de Marais poitevin. Depuis huit mois, il s’astreint à un agenda immuable. Le lundi, une journée blanche de tout rendez-vous, pour assurer « le travail de bureau ». Le mardi et le mercredi, les travaux parlementaires à l’Assemblée. Les jeudis, vendredis et week-ends sur la circonscription.
En huit mois, Guillaume Chiche a rencontré la presque totalité des 60 maires de la circonscription. Tous les jours ou presque, il leur envoie par mail des éléments d’information. Guillaume Chiche se montre très actif sur les réseaux sociaux. Deux collaborateurs le secondent pour rédiger ses messages sur Facebook et Twitter. Mais lui-même s’avoue suffisamment accro pour y passer beaucoup de temps, même la nuit.

En immersion pour découvrir des métiers

Les réseaux sociaux ne suffisant pas, le député lancera le mois prochain son propre site internet. Et compte renouveler régulièrement des « journées en immersion » : découvrir de l’intérieur un métier en passant une partie de la journée avec un professionnel. Une sorte de « Vis ma vie » déjà expérimenté avec un infirmier libéral. « L’enjeu, c’est d’admettre que quand on est député, on est amené à se positionner sur des questions qu’on ne connaît pas toutes du point de vue de la vie réelle. J’ai 31 ans, j’ai mon parcours, mais je ne connais pas tout. »
Rendez-vous capital en vue pour l’élu deux-sévrien : le 21 mars, il rendra le rapport qu’il prépare avec Gilles Lurton, député Les Républicains de Saint-Malo, sur la réforme de la politique familiale. Sujet éminemment sensible. Un baptême du feu.

Articles connexes

Close