Guillaume Chiche, député des Deux-SèvresGuillaume Chiche
Député – 1ère circonscription des Deux-Sèvres

C’est dans le territoire de la 1ère circonscription des Deux-Sèvres que ma vie trouve ancrage. Né à Niort le 30 mars 1986, j’ai grandi dans ce territoire où ma famille est toujours installée.
Au travers de ma scolarité, des clubs sportifs que j’ai fréquentés et de mes loisirs, j’ai construit ces amitiés et ces expériences qui forgent la vie.

Parti poursuivre mes études de droit à l’Université de Poitiers, je me suis engagé dès ma première année dans le syndicalisme étudiant et tout naturellement au sein de la mutuelle des étudiants. Cet engagement s'est poursuivi tout au long de mes études et m'a conduit à Paris au poste d'administrateur de ma mutuelle ainsi qu'à la direction nationale de mon syndicat.

Le fondement de cet engagement : « mon refus des inégalités sociales et sociétales mais aussi la conviction que chacun peut agir pour modifier profondément le quotidien de tous ».

Diplômé en droit et fort d’une expertise sur les enjeux du monde étudiant, j’ai rejoint le Conseil Régional d’Ile de France pour travailler sur le dossier des Universités et de la Recherche puis de la Décentralisation en tant que conseiller du Président. C’est à l’issue de ces expériences professionnelles que j’ai rejoint la société d’immobilier logistique à Rungis en tant que Membre du Comité de Direction en charge des Instances de Gouvernance et des Affaires Institutionnelles.

Engagé dès la première heure aux côtés d’Emmanuel Macron, j’ai acquis la conviction que la dynamique impulsée ferait peser une responsabilité immense sur la future majorité présidentielle : « transformer le paradigme politique pour améliorer le quotidien des Françaises et Français ». 3 ans après, le constat est amer :  les engagements pour lesquels il s'est engagé en 2017 n'ont pas été tenus comme ceux de résoudre la précarité et de protéger les jeunes, ou encore de résorber les inégalités sociales.

En mai 2020, j'ai choisi de quitter le groupe et le parti LREM, avec pour volonté de faire évoluer le débat parlementaire, de proposer de réelles avancées sociales et porter des projets progressistes qui me tiennent à cœur et pour lesquels j’ai été élu.

La crise sanitaire du Covid-19 nous amène à être plus exigeants et nous devons impérativement répondre aux attentes sociétales et environnementales des français et françaises. A mon sens, si nous avons mis en place des mesures économiques importantes pour préserver des entreprises et des emplois durant la crise, nous avons très peu engagé d’actions concrètes pour protéger les familles les plus démunies ou encore revaloriser les métiers en première ligne pendant l’épidémie. La majorité parlementaire n’a pas été assez loin et les signaux envoyés ces derniers mois ne sont pas encourageants, laissant craindre un affaiblissement de la démocratie et une crise sociale majeure.

Depuis le début de mon mandat,  j’ai engagé toutes mes forces dans la lutte contre les discriminations, l’amélioration du pouvoir d’achat des familles les plus précaires et l’aide à la parentalité, le renouvellement de la démocratie avec davantage de reconnaissance des corps intermédiaires (associations, syndicats, collectivités, chambres consulaires), l’accès à la culture au plus grand nombre et le développement de la vie associative sur le territoire. Pour cela, je me suis attaché à travailler avec l’ensemble des acteurs du territoire pour y parvenir et je continuerai à le faire.

Je suis l’élu d’un territoire et pas d’un parti. En cela, je reste fidèle à mes convictions et mes engagements pour réduire les inégalités et les fractures territoriales, engager une transition écologique ambitieuse et adaptée à nos territoires.

Je poursuivrai le dialogue et la co-construction avec toutes et tous : citoyennes et citoyens, entreprises, syndicats, chambres consulaires ou élues et élus locaux des Deux-Sèvres, quelle que soit la forme de votre engagement, je me ferai toujours le porte-parole de notre territoire à l’Assemblée Nationale.

Close