Mise au point

Mise au point

Mise au point

Désigné co-rapporteur d’une Mission d’Information Parlementaire sur la Politique Familiale, j’ai été amené à m’exprimer sur la baisse de la natalité.

Mon propos a visiblement été mal compris eu égard aux nombreux commentaires et réactions sur les réseaux sociaux. Je tiens donc à le préciser ci-dessous.

Suite à l’étude annuelle de la démographie de l’INSEE, je souligne le recul de l’âge moyen de la première maternité. Ce fait statistique est lié à deux grands facteurs: les choix de vie de chaque individu et des facteurs socio-économiques.

Mon propos n’a jamais été d’émettre un quelconque jugement de valeur sur les choix de vie de chacun (âge de la maternité, le fait d’avoir ou non des enfants, etc.).

Par contre, il est de ma responsabilité de parlementaire de m’intéresser aux facteurs socio-économiques qui peuvent faire obstacle au choix d’avoir des enfants.

Il apparaît aujourd’hui, que ces difficultés sont encore nombreuses et touchent en particulier les jeunes. Il s’agit notamment de la pauvreté liée à la charge d’un enfant (1 enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté), des inégalités d’accès à l’emploi entre une femme et un homme ayant ou désirant avoir un enfant, des difficultés liées à la conciliation d’une vie professionnelle et familiale, des inégalités entre les femmes et les hommes liées aux obligations familiales, etc.

Ces enjeux sont nombreux et les traiter n’a pas pour objectif d’inciter tel ou tel comportement mais de permettre à chacun de concilier sa volonté d’avoir ou non des enfants avec des conditions de vie dignes. La politique familiale doit être un outil d’émancipation des individus

C’est le sens de mes propos et des travaux que je mène dans le cadre de ma Mission d’Information Parlementaire.

D’ailleurs, dans ce cadre, toutes les expériences peuvent être utiles et enrichir notre diagnostic comme les propositions qui en découleront. Je me tiens donc à votre entière disposition pour échanger à ce sujet.

Articles connexes

Close