Prises de paroles sur le SAMU et l’IVG lors de la semaine de contrôle à l’Assemblée Nationale.

Prises de paroles sur le SAMU et l’IVG lors de la semaine de contrôle à l’Assemblée Nationale.

Prises de paroles sur le SAMU et l’IVG lors de la semaine de contrôle à l’Assemblée Nationale.

Communiqué de presse

Objet : Prises de paroles sur le SAMU et l’IVG lors de la semaine de contrôle à l’Assemblée Nationale.

Dans le cadre de la semaine de contrôle de l’Assemblée Nationale, destinée à contrôler et évaluer les politiques publiques menées par le gouvernement, M. Guillaume Chiche a interpellé notamment M.Laurent Pietraszewski et Mme Christelle Dubos, tous deux Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé, sur deux enjeux cruciaux en matière de santé publique, liés à l’épidémie de coronavirus :  le statut des ARM (Assistant.e.s de Régulation Médicale) et l’allongement du délai de l’IVG chirurgicale.

En cas d’urgence, les ARM sont les premiers interlocuteurs derrière la ligne téléphonique du 112 ou du 15. M. Guillaume Chiche, qui s’est entretenu avec le SAMU du département, remonte ainsi les chiffres enregistrés par ceux-ci : en moyenne près de 200 appels par jour ont été traités pendant l’épidémie. Leur statut n’est pourtant pas à la hauteur de leur métier exigeant : ils sont toujours en catégorie B de la filière administrative et doivent passer par une validation d’acquis d’expérience pour pouvoir obtenir un diplôme.

Lors de la séance de question ouverte à l’Assemblée Nationale, M Guillaume Chiche a ainsi soulevé les deux principales revendications des ARM :

- Pensez-vous que le statut des Assistantes et Assistants de Régulation Médicale pourrait être modifié et ainsi leur accorder le statut de médicotechnique ?

- Pensez-vous qu’il serait possible de supprimer la VAE pour l’ensemble des ARM actuellement en fonction ?

En réponse, une revalorisation salariale et une obtention de la prime COVID19 pour la profession ont été confirmées par M. Pietraszewski.

Concernant les difficultés d’accès à l’IVG des femmes, le Planning familial a alerté les parlementaires sur la situation plus que préoccupante des femmes qui n’ont pas pu se rendre dans les centres hospitaliers pour recourir à une IVG chirurgicale et ont, de fait, dépassé les délais. M. Guillaume Chiche avait déjà interpellé et demandé à Monsieur Olivier Veran, Ministre des Solidarités et de la Santé, un allongement des délais de l’IVG chirurgicale afin de remédier à cette situation dramatique, aggravant un peu plus la solitude et la souffrance psychologique de ces femmes livrées à elles-mêmes.

« Recourir à l’IVG est un acte difficile et éprouvant pour toutes les femmes. Par peur d’engorger les services de santé, par crainte de l’épidémie, ou encore par manque de structures habilitées ouvertes et proches de leur domicile, beaucoup de femmes n’ont pu pratiquer une IVG Chirurgicale pendant le confinement. C’est une situation inacceptable et marque une violence insupportable pour celles-ci. L’avortement doit rester un choix, une liberté et un droit pour toutes les femmes. C’est pourquoi, je réitère ma demande, pour que les délais d’accès à l’IVG chirurgicale soient allongés et passent à 14 semaines contre 12 actuellement. »

 

Guillaume Chiche 

Articles connexes

Close