Question à Christelle Dubos sur l'attribution d'allocations familiales dès le 1er enfant

Question à Christelle Dubos sur l'attribution d'allocations familiales dès le 1er enfant

Question à Christelle Dubos sur l’attribution d’allocations familiales dès le 1er enfant

Monsieur le Président,

Madame la Ministre,

Mes chers collègues,

La politique familiale Française est un pilier essentiel de notre République qui s’articule autour de 3 leviers :

- Des prestations monétaires à l’image des allocations familiales
- Un dispositif fiscal lié au quotient familial
- Des services publics à l’image des établissements d’accueil de jeunes enfants

Tous poursuivent une diversité d’objectifs :

- La lutte contre la pauvreté des familles
- La conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale
- Le soutient à la natalité

Or, force est de constater qu’aucun de ces trois grands objectifs n’est atteint au premier rang desquels la lutte contre la pauvreté infantile.
En effet, 1 enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. C’est tout simplement inacceptable et j’ai la conviction qu’il faut y répondre urgemment comme l’ambitionne la stratégie de lutte contre la pauvreté.
Dans le cadre du Grand Débat National, ce sujet de la grande pauvreté des familles revient systématiquement. Qu’il s’agisse de retraités, d’actifs ou de personnes en recherche d’emploi, ils sont nombreux à faire état de leurs parcours de vie et témoignent de leurs difficultés à s’en sortir, à subvenir au besoin de leurs enfants ou de leurs petits-enfants.

Parmi eux, je veux pointer la détresse des familles monoparentales. 40% d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté et les situations se compliquent d’autant plus aux 6 ans de l’enfant.

Sachez qu’une proposition citoyenne revient nettement dans le cadre de ce Grand Débat : l’attribution d’allocations familiales dès le premier enfant.

C’était d’ailleurs l’une des propositions qui ressortait des travaux que j’ai conduits sur notre politique familiale mais aussi des travaux de la Cour des Comptes qui constate que :

« la France se caractérise par un net ressaut de la prévalence de la pauvreté pour les familles avec un seul enfant »

Autrement dit et presque paradoxalement, les familles ayant 1 seul enfant sont plus exposées aux situations de pauvreté que les familles en ayant 2.

En partant du principe que l’on raisonnerait à enveloppe constante, le coût de cette mesure pourrait-être estimé à 2,5 milliards d’euros par an.

Aussi Madame la Ministre, je souhaiterais connaître votre avis concernant cette proposition d’allocations familiales dès le premier enfant ?

Je vous remercie.

Articles connexes

Close