Ségur de la Santé : une première étape nécessaire mais insuffisante.

Ségur de la Santé : une première étape nécessaire mais insuffisante.

Ségur de la Santé : une première étape nécessaire mais insuffisante.

 

Communiqué de presse

 

Objet : Ségur de la Santé : une première étape nécessaire mais insuffisante.

Dans le cadre du Ségur de la Santé, unième consultation organisée par le Gouvernement alors que les problématiques de notre système de santé sont connues et les réponses toujours à apporter, Monsieur le Député Guillaume CHICHE a consulté de nombreux acteurs du territoires : le centre hospitalier de Niort (Monsieur le directeur Bruno FAULCONNIER, le collectif des médecins hospitaliers démissionnaires ainsi que les syndicats CFDT et FO), l’ARS 79, les EHPAD de Villiers en Plaine et Chauray, le SAMU 79, le SDIS 79, les représentants des Deux-Sèvres du collèges des sages-femmes, l’ordre des pharmaciens, l’ordre des infirmiers, le comité régional des étudiants en médecine de Nouvelle Aquitaine, le SIST 79, Le Grand Feu à Niort, des psychologues niortaises ainsi que les auxiliaires de vie de l’entreprise AUTONOMIE DOUCE HEURE.

Les annonces faites par Monsieur le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier VERAN en conclusion du Ségur de la Santé sont une première étape nécessaire à la refonte globale de notre système de santé, mais demeurent à ce jour insuffisantes pour répondre pleinement aux problématiques du secteur de la santé et de la dépendance, ainsi qu’aux attentes fortes et légitimes du personnel soignant et d’une médecine de ville en souffrance.

Elles doivent désormais aller plus loin, avec une place prépondérante pour la médecine de ville ainsi qu’un rôle pivot du personnel soignant et des médecins dans les décisions prises pour la santé sur notre territoire, dont la démographie médicale demeure inquiétante.

De nombreuses propositions que je porte avec mon groupe parlementaire Ecologie Démocratie Solidarité à l’Assemblée Nationale ont été suivies : la prise en compte du besoin de recrutement et de la place des paramédicaux, la mention de la nécessaire transition écologique de l’hôpital, l’ouverture d’un nouveau chantier sur l’amélioration de la pertinence des soins, l’accélération de la forfaitisation et de la réduction de la part de la T2A, l’accélération du déploiement des infirmiers en pratiques avancées (IPA), l’amélioration de la collégialité du processus décisionnel avec une place pour les paramédicaux dans la gouvernance des établissements de santé.

Je salue également la revalorisation salariale, mais il faut aller plus loin : les soignants restent en dessous de la moyenne de rémunération des pays de l’OCDE, et les paramédicaux en dessous de la moyenne européenne. Il ne s’agit pas seulement de revaloriser mais de lutter contre une injustice. En outre, la revalorisation ne suffit pas sans une refonte complète de la formation des personnels médico-sociaux, qui représente aujourd’hui un frein énorme au recrutement ainsi que des grilles indiciaires au sein du secteur hospitalier.

L’annonce d’ouverture de 4000 lits à la demande est positive. Elle permet une meilleure flexibilité et réactivité suivant l’évolution du contexte sanitaire. Cependant, je ne peux me satisfaire de la poursuite des plans de restructuration dans les autres hôpitaux : aucun moratoire n’a été annoncé.

Sur les 19 milliards d’euros investis, il doit être noté que seuls 6 milliards sont investis effectivement par l’État. Les 13 autres milliards sont de la reprise de dette des hôpitaux publics et sont payés par la Sécurité sociale et non par l'État.

Vigilant sur le Projet de Loi de Finances de la Sécurité Sociale à venir et force de propositions pour aller plus loin dans la réforme structurelle de notre système, je regrette fortement l’absence de mesures ambitieuses sur la santé mentale, la prévention, la dépendance ainsi que pour certaines professions à l’image des sages-femmes.

Notre système de santé, ne serait se contenter d’une réforme en demi-teinte, sans prise en compte des revendications de professions au rôle primordial.


Guillaume CHICHE

Articles connexes

Close