Vote contre la déclaration du Gouvernement relative à l'évolution de la situation sanitaire, et aux mesures pour y faire face

Vote contre la déclaration du Gouvernement relative à l'évolution de la situation sanitaire, et aux mesures pour y faire face

Vote contre la déclaration du Gouvernement relative à l’évolution de la situation sanitaire, et aux mesures pour y faire face

Communiqué de Presse 

Débat et déclaration du Gouvernement relatifs à l’évolution de la situation
sanitaire et aux mesures nécessaires pour y répondre.

 

M. Chiche a décidé de voter contre la déclaration du Premier Ministre sur les mesures
sanitaires suivi du débat ce matin en séance. Ce vote est purement consultatif et ne présente aucun intérêt puisque toutes les décisions ont été prises et les mesures annoncées. Nous n’avons de cesse depuis le début de l’épidémie de faire des propositions, que nous n’avons jamais l’opportunité de débattre ou de voter par la suite à l’Assemblée Nationale. Encore une fois, les parlementaires ont été exclus des processus décisionnels pour établir les mesures de restrictions et le déploiement de la stratégie vaccinale. Si prendre de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie est nécessaire, au regard de la forte dégradation de la situation sanitaire, et pour soutenir l’ensemble du personnel  soignant, nous demandons davantage de transparence et d’anticipation. Le manque de clarté autour de ce confinement, qui ne dit pas son nom, suscite l’incompréhension chez les françaises et français, et pour tous les acteurs en première ligne face à l’épidémie.

Aujourd’hui, les mesures d’accompagnement sont insuffisantes. La fermeture des écoles pose
la question du télétravail et de la garde des enfants au domicile. Quelles seront les mesures
prises pour accompagner les parents qui ne pourront pas aller travailler ? Il n’y a, à ce jour,
aucun dispositif pour aider les travailleurs précaires, qui sont obligés d’assurer la garde de
leurs enfants, et vont perdre une partie de leur salaire, déjà peu élevé. Le chômage partiel
actuel ne les éloignera pas de la précarité et de la pauvreté. De plus, les enseignants et les
équipes pédagogiques ont encore une fois été prévenus au dernier moment, sans consigne
sur l’accompagnement de leurs élèves. Le Gouvernement n’a pas débloqué de moyens
supplémentaires pour leur permettre d’assurer les classes en distanciel et de suivre les enfants
en difficultés, qui risquent de décrocher du système scolaire.Sans des dispositifs d’aides adaptés à la situation, c’est tout une partie de la population qui va basculer dans la pauvreté, à l’image du secteur culturel, qui attend des mesures fortes pour survivre, telles que la prolongation des droits sociaux des intermittents, des dispositions pour les primo-entrants qui n’ont pas encore cotisé, et l’abandon de la réforme de l’assurance chômage.
Je ne suis pas opposé aux mesures de restriction pour lutter contre l’épidémie mais cela ne peut pas se faire au détriment des plus précaires et des plus pauvres, avec si peu de clarté et de concertation. Tout cela vient créer un sentiment de défiance, alors même que nos concitoyennes et nos concitoyens ont besoin d’être rassurés, protégés, et entendus.
Ainsi, je continuerai à rencontrer et soutenir tous les acteurs de mon département pour remonter leurs difficultés et leurs besoins, et faire des propositions adaptées, car c’est comme cela que nous parviendrons à sortir de cette crise : confiance, concertation et transparence

Guillaume Chiche

Articles connexes

Close