Vote contre le Projet de loi de Gestion de crise sanitaire

Vote contre le Projet de loi de Gestion de crise sanitaire

Vote contre le Projet de loi de Gestion de crise sanitaire

Communiqué de Presse

 

L’Assemblée Nationale a adopté ce jour le projet de loi relatif à la gestion de crise sanitaire, par 117 voix, contre 86 voix. M. Chiche a voté contre ce texte :

« Durant toute la séance, dans des conditions de travail indignes de notre démocratie, je me suis battu pour préserver la vie quotidienne des deux-sévriennes et deux-sévriens en adaptant la loi à la réalité de nos territoires. Sourd à toutes modifications pour enrichir le texte et proposer un « pass sanitaire » adapté, qui respecte nos libertés fondamentales, le Gouvernement a fait avancer sa majorité au pas de charge. Ce texte n’est pas à la hauteur et je crains qu’il n’endigue en rien la pandémie et pire, il fracture durablement la population en deux, alors que les françaises et français doivent être unis.

 Aujourd’hui face à la progression rapide du variant Delta, il est nécessaire de prendre de nouvelles mesures afin de protéger la santé de toutes et tous. Le gouvernement est en responsabilité pour agir face à la pandémie. Il invoque le pass sanitaire comme seul moyen approprié à court terme pour endiguer la propagation du virus. D’autres voies étaient possibles j’en ai la certitude, et je les ai défendues avec vigueur tout au long des débats.

 Ainsi, j’ai fait le choix de voter contre ce texte en étant convaincu qu’il est préférable de faire appel à la responsabilité individuelle de chacune et chacun plutôt qu’opter pour une logique sécuritaire, de contrôle généralisé. Alors que nous vivons une crise sociale et économique depuis de nombreux mois, que la carte vaccinale correspond à la carte des inégalités sociales, il est inacceptable de faire du chantage à pauvreté ! Comment expliquer qu’un salarié puisse être licencié ou voir son salaire suspendu faute de pass sanitaire ? ou qu’une personne contaminée et isolée puisse être contrôlée par les forces de l’ordre, chez elle jusqu’à 23h ? Il faut aller à la rencontre de ces publics pour les sensibiliser, les convaincre et non les contraindre. Ces dispositions ne sont pas acceptables, elles instaurent un climat de défiance.

 Jour après jour, je reste mobilisé dans nos travaux parlementaires comme chez nous, dans les Deux-Sèvres pour lutter contre la crise, convaincre et accompagner les plus exposés. »

Guillaume CHICHE

Articles connexes

Close